Stupeflip

Posted on 13/11/2010

0


Stupeflip est un groupe français entre punk, rap et variété composé de Julien Barthélémy alias King Ju/Pop Hip, Cadillac et MC Salo.

En 2000, un groupe du nom de Stupeflip fait tourner une maquette sur Paris. Le 6 novembre 2001, ils rentrent en Studio pour transformer l’objet en CD promo. Celui-ci est composé notamment du manifeste Stupeflip, et de Comme les zot ; King Ju signe les textes et musiques ainsi que la pochette.

Ils signent sur Vorston & Limantell, un label indépendant racheté quelque mois plus tard par BMG et, alors que le titre Je fume pu d’shit passe déjà sur les radios, ils sortent le 8 janvier 2003 leur premier album éponyme, Stupeflip.

L’album, dans la lignée du maxi, mélange les riffs énervés à la Bérurier noir (Stupeflip leur reprend aussi leurs masques), des samples Hip Hop, du punk californien, des ritournelles de variétés (inspirées par la pop française des années 80), et de bruits bizarres (King Ju est fan de The Residents, groupe d’ambiance expérimentale). Stupeflip construit avec son ton décalé des chansons glauques et sincères, désabusées et nostalgiques.

Les paroles, entre assonances féroces et slogans provocateurs (« on dit que pétrir c’est modeler, moi je dis que péter c’est démolir ») sont tantôt rappées, souvent braillées, parfois chantées. À noter que le groupe a pour habitude d’insulter son public. On retrouve sur deux titres Mangu, rappeur d’origine dominicaine.

Stupeflip creuse sa place sur la scène française et fait beaucoup parler de lui, cultivant l’auto-parodie dans une importante promotion (MCM, Ouï FM, Thierry Ardisson).

Le 14 juin 2005, ils sortent Stup Religion, reprenant la formule du premier album en prolongeant leur univers : scratchs furieux, enfants traumatisés, humour de mauvais goût, riffs punks, variété sirupeuse et cynique, et paroles absurdes. L’album passe assez inaperçu tant au niveau du grand public que des milieux spécialisés et ce à cause d’une promo assez timide de la part de leur maison de disque (certains fans du premier album n’étant même pas au courant de l’existence du second). S’ensuivra une série de concerts rocambolesques à travers toute la France, où l’univers créé sur les albums est transposé sur scène avec jeux de lumières, ambiances fantomatiques et costumes assez impressionnants, tournant autour du thème de la religion du stup.

Source Wiki

2002 : Stupeflip

2002 : Je fume pu d’shit (feat. Jacno)

2002 : A bas la hiérarchie

Publicités