La sélection de @Nico_oni pour le Grenier : Anamanaguchi

Posted on 02/05/2011

0


Quand je parle de Chiptune aux gens, j’aime bien leur faire écouter d’abord des groupes comme les New Yorkais d’Anamanaguchi avant de passer à quelque chose d’un peu plus spécifique. Déjà parce que leur musique est, du point de vue de l’énergie qu’elle dégage, tout simplement dantesque et donne envie de danser, ce n’est pas rien. Mais aussi et surtout parce que, je le confesse, j’ai conscience qu’on me regarde avec les yeux de la compassion quand j’essaie (vainement, en général) d’expliquer ce qu’est la chiptune et pourquoi c’est génial. Donc un petit coup d’Anamanaguchi et en général, c’est réglé (bon, je vous accorde que le nom donne dans la torture à prononcer, mais on s’y fait vite). Notez que c’est aussi pour cela qu’on commence la semaine avec eux.

La particularité de ce groupe est que même si la chiptune (produite à partir d’une NES et d’une GameBoy) reste l’élément central de leur musique, ils ont trouvé le moyen de superbement l’accompagner avec des instruments physiques : une batterie, une guitare et une basse. Le résultat, aussi époustouflant qu’entraînant, est d’autant plus crédible que le groupe est talentueux, et respecte ce qui est presque un principe de base en chiptune : pas de chant, une musique entraînante de préférence, et du bon gros son bien lourd pour le reste. Bref, c’est à peu près de la « Chiptune pour les nuls », mais en fait, c’est un peu à mettre dans toutes les oreilles.

Actifs depuis 2004, ils se sont récemment fait connaître grâce à leur participation au jeu Scott Pilgrim vs. The World, sorti en 2010 sur Xbox 360 et PlayStation 3, pour lequel ils ont écrit la totalité de la bande son.

Airbrushed

Dawn Metropolis

Helix Nebula

Fast Turtle

Another Winter

Publicités