La sélection de @Nico_oni pour le Grenier : Disasterpeace

Posted on 08/05/2011

0


Le dimanche, on fait généralement un point sur sa semaine, ou au moins sur sa grosse murge de la veille. Et s’il fallait un seul et unique artiste pour résumer tout ce que nous venons d’écouter, je pense que ça serait Disasterpeace. Derrière ce pseudonyme antinomique se cache Rich Vreeland, un artiste actif depuis 2006, et dont les oeuvres baignent constamment dans une culture rétro (chiptune, pixel art, etc.). Si je le considère comme un résumé des articles passés dans cette sélection, c’est surtout parce qu’il regroupe dans ses compositions les qualités que j’ai évoquées au fil des six jours précédents : des morceaux longs et entraînants, parfois liés avec de véritables instruments, évoquant souvent des éléments de la culture pop, et s’amusant à son aise avec les sons, les appareils et les instruments pour créer une mélodie unique.

Disasterpeace est quelqu’un qui touche à tout : il compose, dessine, et s’est même lancé dans le développement de jeux vidéo récemment. Mais son activité principale reste la musique. Son côté touche-à-tout se ressent évidemment dans sa musique, qui change souvent de style, mais garde toujours une touche qui lui est propre. Il compose les bandes son de nombreux jeux indépendant, et se sera fait remarquer récemment en écrivant les musiques de Bomberman Live Battlefest, sorti fin 2009 sur Xbox 360.

The Insidious Evil of Spam (en collaboration avec Spamtron, sous le pseudonyme Disastertron)

Lullatwerp (en collaboration avec Spamtron, sous le pseudonyme Disastertron)

Neutralite the Hero

Jump Error

St. Valentine

Counter of the Cumulus

Publicités