Les Fab Four contés par @LitePanda : Mythe The Beatles : La fin

Posted on 03/07/2011

0


Un des derniers shootings des Beatles en 1969

Tout commence en janvier 1969, Paul McCartney est désormais le moteur du groupe et a envie de reprendre la scène ce qui n’est pas l’avis des autres Beatles. Paul se dit qu’un concert télévisé serait bénéfique au groupe, pour son image, sa cohésion. Finalement le producteur télé Denis O’Dell leur suggère de filmer leur répétitions, leurs sessions d’enregistrements pour en faire un documentaire : Le projet Get Back était né.

La tension qui règne au sein du groupe se fait très ressentir, le projet Get Back changera de nom et donnera naissance au film Let I Be. Il y a un scène marquante ou George Harrison irrité par l’attitude de Paul balança : « Je jouerai tout ce que tu veux, même si ça ne veut dire rien jouer. Mais arrête de me faire chier ! »
« Paul se prenait pour le super boss, ce qui insupportait les autres. Mais c’était le seul moyen pour maintenir le groupe en vie. C’était une désintégration » rapporta George Martin. C’est après une altercation musclée avec John que George finit par partir pendant quelque temps à Liverpool. « Je me casse d’ici » dit-il le 10 janvier 1969.

Toujours est-il que les Beatles enregistrèrent pendant un mois jusqu’au moment ou il fut décidé d’un concert le 10 janvier 1969. Ce sera le fameux rooftop concert de1969 sur le toit de leurs quartiers généraux ( les bureaux Apple ) de Savile Row. Le premier concert depuis août 1966 mais aussi leur dernier concert. Une très belle prestation pour les égos furent pour la première fois de côté depuis longtemps, la démonstration d’un groupe cohérent, d’un talent et d’une maturité que les conflits de l’époque ne pouvaient remettre en cause. Les Beatles étaient de nouveaux là, ensemble, on pouvait voir Paul et John jouer avec amour, leurs regards complices en témoignant.


Les Beatles interprétant « Get Back » à Savile Row.

En mai 1969 survient une grande dispute quant à l’avenir de leur entreprise, Apple. Cela concernait le manager de la société Apple, après la mort de Brian Epstein il fallut en choisir un autre. A l’époque en 1968, John décida d’organiser un rendez-vous avec Klein, l’avocat du show-biz à l’époque, connu pour ses manoeuvres peu orthodoxes voire frauduleuses. John l’aimait pour son côté décontracté et le fait que ce dernier lui aussi venait d’une couche sociale défavorisée. Les autres Beatles excepté Paul ne virent aucune objection quant à son intégration. Paul était marié à Linda depuis 1967, le père et le frère de cette dernière tenaient le prestigieux cabinet d’avocat Eastman & Eastman à New York, Paul voulait que ce soit eux qui les représentent. John n’en voulait pas, ce serait encore  accroitre la domination de Paul sur le reste du groupe.
Pourtant, même Mick Jagger essaya de dissuader les Beatles  » N’allez pas avec lui. » Mais Klein fut engagé, ce fut une des causes principales de la rupture. Ce n’est que quelques années plus tard que John Lennon avoua qu’il n’aurait peut-être pas dû lui faire confiance.

Allen Klein

Malgré tout cela, en juin 1969, Paul contacta George Martin afin de faire un autre album avec les Beatles. Ce dernier accepta et leur réserva Abbey Road pour les trois premières semaines de juillet. Le groupe se ressaisit miraculeusement pour leur onzième album. Abbey Road est une manière pour les Beatles de finir en beauté, un album extraordinaire, l’album le plus mature, le plus abouti pour beaucoup. Quelques innovations technologiques dans le prolongement de Sgt. Peppers, les Beatles disposent d’un magnétophone 8-pistes, le grand luxe pour l’époque mais c’est surtout l’utilisateur du synthétiseur Moog qu’utilisera George Harrison qui marquera une grande avancée. Il commandera le premier Moog auprès de son créateur lui-même, un engin précurseur dans la musique électronique.

Le synthétiseur Moog

On retrouve sur cet album le célèbre Come Together, chanson-thème pour la campagne électorale de Timothy Leary « Le pape du LSD ». L’album est animé d’une étonnante fluidité, les Beatles sont là et enchainent les perles musicales. George Harrison signe sûrement ses deux plus grandes chansons, Something et Here Comes The Sun qu’il composa dans le jardin de son ami Eric Clapton. Ringo s’amuse sur Octopus Garden et ses effets sonores délirants. Lennon brille sur le merveilleux I Want You, morceau psychédélique, tournoyant, obsédant mais aussi sur Because inspiré d’une sonate de Beethoven.
McCartney déploie tout son talent sur Oh! Darling, Golden Slumbers, Carry That Weight ou encore The End.  Les dix derniers morceaux occupant la face B s’enchaine tel une grande frasque symphonique, un formidable patchwork témoignant de la force créatrice du groupe.
Abbey Road  se clôt avec The End ou Ringo nous délecte du seul solo batterie de toute la discographie des Beatles suivi d’un de trois merveilleux chorus de George, Paul et John à la guitare suivis de ces paroles :  » And in the end / The love you take / Is equal to the love / You make. The end ou la fin des Beatles car lorsque Abbey Road sort le 26 septembre 1969 les Beatles ne sont plus.

La fameuse cover d'Abbey Road

 
Un morceau obsédant, psychédélique au possible, une ligne de basse fabuleuse, I Want You n’est pourtant rien d’autre qu’une simple chanson d’amour.


Here Comes The Sun, une des plus belles compositions de George. Elle fut écrite lors d’un après-midi ensoleillé dans le jardin de son ami Eric Clapton. C’est la première fois qu’un synthétiseur Moog est utilisé dans une chanson.


The love you take is equal to the love you make. The End marque la fin de la carrière studio des Beatles.

Je ne parlerai pas de l’album Let It Be même s’il contient de bons morceaux pour la simple et raison que cet album n’est pas véritablement l’oeuvre des Beatles, ou plutôt qu’il n’émane de leur volonté. En réalité, Let It Be est sorti après Abbey Road mais les morceaux le composant ont été réalisés en janvier 1969 pendant les Get Back Sessions. Les bandes ont ensuite été confiées avec  à Klein et à Phil Spector. Ce dernier travailla sur les bandes sans l’accord des Beatles. Cet album sortit en mai 1970 mais les Beatles n’étaient plus « J’ai monté le groupe, je l’ai dissous. C’est aussi simple que cela » dit Lennon à l’époque.

Les Beatles c’est l’histoire d’un groupe extraordinaire qui a révolutionné le monde de la musique, un groupe ayant atteint le statut de mythe de son vivant. Un groupe de quatre garçons qui s’aimaient et le monde autour qui les aimait encore plus. Ce qui lia le plus les Beatles fut l’amour, un amour qui les exalta au point de les détruire. Un Lennon qui ressentir le besoin de briser cet amour et un McCartney qui malgré toutes ses tentatives pour sauver le groupe en souffrit terriblement.

Publicités
Tagué: