La sélection de @JeanSeb pour le Grenier : Premier sur le rap

Posted on 27/07/2011

0


Les années 90 c’est aussi l’irruption du rap dans le paysage musical français. J’avais bien vu quelques fois Sidney sur TF1, sans trop comprendre ce que le générique nous disait qu’il y avait à chiper, à choper. Mais, forcément, marseillais jusqu’au bout des ongles c’est par IAM que j’ai découvert le rap.

IAM – Les tam tam de l’Afrique (1991)

Tout IAM est déjà là. De l’inventivité du sample (ouais, Coolio, mon gars, on a tapé dans Stevie Wonder avant toi, quand tu allais, on revenait), à la force du thème, la richesse du thème.

Assassin – l’Etat assassine (1995)

Film essentiel à mes yeux s’il en est, La Haine en plus de la claque cinématographique m’a fait découvrir un univers, des artistes dont j’ignorais l’existence par le biais de sa BO en or massif. C’est comme ça que j’ai connu Assassin, le groupe trop pur, trop dur, trop engagé pour avoir vraiment explosé (si tant est qu’ils aient jamais cherché à exploser…)

NTM – Qu’est ce qu’on attend (1995)

Le plus rock des groupes de rap, incontournable, ne laissant personne insensible, le titre que j’écoutais pour emmerder mes parents à l’âge où on n’a pas grand-chose d’autre à faire. Le coup de gueule de toute une génération (et je l’espère, d’autres encore à venir) (notez que Joey Starr n’avait pas encore totalement défoncé ses cordes vocales au rhum)

Ministère A.M.E.R. – Les rates aiment les lascars (1994)

Stomy, Passi, Gyneco, ils sont déjà tous là, les sales gosses du Ministère A.M.E.R, misogynes, provocateurs en diable, appelant au sacrifice de poulets et aux relations charnelles avec leurs femmes.

MC Solaar – Armand est mort (1991)

« Lorsqu’on parle de l’histoire de l’art, il faut rendre à Solaar, ce qui appartient à Solaar » du magnifique album « Qui sème le vent récolte le tempo ». Un morceau sobre, sinistre, brillamment écrit. Armand c’est le clodo que tu regardes à peine, couché sur le banc devant lequel tu passes tous les jours et sur lequel tu pleures quand tu apprends par les journaux qu’une nuit trop froide l’a tué.

Wallen feat. Shurik’n – Celle qui dit non (2001)

Sur le même sample que le magnifique « Comme un Samourai » de Shurik’n la femme d’Abd el Malik envoie un texte riche sur un air diffusable par Skyrock et qui fait lever les bras en l’air. Tour de force.

Neg Marrons – Ca dégénère (2000)

La famille élargie du Secteur A encore, avec un morceau bien vénère qui met la gagne au réveil.

Publicités