Men At Work

Posted on 04/08/2011

0


Men At Work se forme à Melbourne (Australie) en 1979 autour d’un chanteur et guitariste provenant d’Ecosse, Colin Hay, et d’un autre musicien, aussi chanteur et guitariste, répondant au nom de Ron Strykert. Au départ, Men At Work est un projet acoustique, mais le duo souhaite rapidement enrôler d’autres musiciens. John Rees (basse), Greg Ham (saxophone, flûte, claviers) et Jerry Speiser (batterie) rejoignent le groupe, Men At Work est véritablement né.

Pendant deux ans, le groupe tourne un peu partout en Australie, acquérant sa réputation sur scène. C’est en 1981 que Men At Work signe avec Columbia, chez qui ils sortent le titre « Who Can It Be Now ? » un peu plus tard dans l’année. Le single est tout de suite un succès, et envoie le premier album du groupe, Business As Usual, en tête des hits parade du pays au printemps 1982. Le succès international ne tarde pas, et Men At Work s’engage alors dans une tournée mondiale à guichet fermé. L’album se maintient en tête des charts australien et américain grâce à la sortie d’un deuxième single, « Down Under » au début de l’année 1983. Le titre, entre pop, rock et rythme reggae, sera le deuxième plus gros tube de Men At Work sur toute sa carrière. Le groupe remporte alors le Grammy Award du Meilleur Nouvel Artiste de l’année 1982.

Cargo, le deuxième album de Men At Work, est prêt dès l’été 1982, mais sa sortie est repoussée pour laisser le précédent opus épuiser toutes ses ressources commerciales. Le disque sort finalement en juin 1983. Il rentre directement à la 3ème place des charts américains et le single « Overkill » caracole quelques semaines en tête des ventes. Il en sera de même pour le titre « It’s A Misatke ». Ces deux tubes ne rencontrent pas l’engouement radiophoniques des deux hits du premier album mais maintiennent Men At Work à un niveau commercial plus que satisfaisant. En 1984, le groupe décide de faire une pause pour se ressourcer. Mais Jerry Speiser et John Rees en profitent pour quitter le groupe… En 1985, les deux musiciens sont remplacés pour l’enregistrement du troisième album de Men At Work, Two Hearts.

Entre temps, d’autres groupes estampillés « new wave » ont fait leur trou, que ce soit en Grande Bretagne ou aux Etats-Unis. Men At Work a du mal à occuper le terrain avec ce troisième opus, il est vrai moins bien senti que ses deux prédécesseurs… Aucun single ne parvient à se hisser au sommet des charts du monde entier. Devant cette faillite soudaine du groupe, ses membres décident de quitter le navire. Seul Colin Hay croit encore en son projet et continue l’aventure en solo là où il s’est installé, aux Etats-Unis. Ses deux disques solo, Looking For Jack (1987) et Wayfaring Sons (1990) ne rencontrent qu’un succès assez limité.

C’est en 1996 que Colin Hay et Greg Ham prennent la décision de reformer Men At Work. Divers albums-compilations sortiront les années suivantes, ainsi que quelques lives comme le très appréciable Brazil en 1998. Le duo parcourt le monde de temps en temps, et entonne ses deux tubes planétaires des années 80 devant un public toujours aussi réceptif.

En 2010, Men At Work fait les frais d’une condamnation pour plagiat sur la partie de flûte du tube « Down Under ». Cette partie musicale est jugée trop ressemblante à celle d’une chanson traditionnelle australienne, « Kookaburra Sits in the Old Gum Tree », écrite par une enseignante, Marion Sinclair, en 1934… Men At Work est condamné à verser 5% des royautés générées par le titre sur les huit dernières années…

Source Music Story

1981 : Who Can It Be Now ?

1981 : Down Under

1982 : Be Good Johnny

1982 : Dr. Heckyll and Mr. Jive

1983 : It’s a Mistake

1983 : Overkill

1983 : High Wire

1985 : Everything I Need

Publicités