Nilda Fernandez

Posted on 03/12/2011

1


Quand le Barcelonais Nilda Fernandez publie l’album Nilda en 1992, le public découvre ce chanteur au registre aigu et au répertoire empreint de sensibilité. « Madrid, Madrid » et « Nos fiançailles » sont suivis d’autres succès tant en Espagne qu’en France. Après une tournée en roulotte en 1996, Nilda Fernandez publie Castelar 704 (1999) et Mes Hommages (2000) consacré à la chanson française, avant de partir en Russie. Il revient en 2009 avec un album sans titre.

Daniel dit Nilda Fernandez est né à Barcelone (Espagne) le 27 octobre 1957, dans une famille protestante. Quand il a sept ans, sa famille s’installe à Lyon. Le garçon étudie la musique (piano, guitare) et se passionne pour le flamenco.

Après une période passée à jouer dans les bars de Lyon et de Toulouse, Nilda Fernandez enregistre un premier album pour Pathé Marconi, passé inaperçu en 1981. Il tente une nouvelle fois sa chance en 1987 avec le label Dreyfus : sa chanson « Madrid, Madrid » devient un tube, repris par la star Miguel Bosé. En 1991, l’album Nilda Fernandez le révèle au grand public avec le titre « Nos fiançailles ». Le timbre aigu du chanteur et son répertoire bilingue séduisent les 300 000 acheteurs de l’album, tandis qu’il reçoit une Victoire de la Musique dans la catégorie « Meilleur espoir masculin » en 1992, ainsi que le Grand Prix de l’Académie Charles-Cros. Une version espagnole titrée 500 Anos suit ce succès.

En avril 1993, l’Olympia de Paris accueille Nilda Fernandez et sa formation acoustique. Une longue tournée s’ensuit au moment où sort le simple « Sin Fanaï Retu » suivi d’un nouvel album sans titre, paru à l’automne. Une prestation avec un orchestre à cordes au Théâtre de Compiègne donne lieu à l’album live Compiègne (1994). L’année suivante, c’est un passage au Printemps de Bourges puis une tournée en Argentine, où il se produit aux côtés de Mercedes Sosa, avant de partir pour le Québec où il s’installe dans une communauté indienne. Il publie ensuite le livre Ça repart pour un soliloque en 1995 (Stock). L’album suivant, Innu Nikamu (1997) est arrangé et produit par le pianiste Michel Camilo. Nilda Fernandez se lance alors une tournée en roulotte qui le mène en région et au Casino de Paris en janvier 1998. Son dernier album paraît dans une version hispanique, Nina Bonita.

En 1999, l’album Castelar 704 est inspiré des poèmes de Federico Garcia Lorca. Peu après, il est suivi de Mes Hommages, consacré à la chanson française, de Léo Ferré à Michel Polnareff. Nilda Fernandez s’installe ensuite en Russie où il tourne, puis à Cuba pour monter un spectacle de cirque. Il revient à la chanson en janvier 2010 avec un nouvel album sans titre, enregistré entre Gênes et Paris.

Source Music Story

1986 : Madrid, Madrid

1988 : Ultime rêve de l’amour

1991 : Nos fiançailles

1991 : Mes yeux dans ton regard