Axel Bauer

Posted on 21/12/2011

1


Pour beaucoup, Axel Bauer – l’homme au look de sémillant loubard – reste l’interprète d’un seul tube, « Cargo de Nuit ». Il est vrai que ce premier carton, obtenu alors qu’il était encore très jeune et novice dans l’art de la promotion médiatique lui apporta certes un succès immédiat… suivi d’un oubli encore plus rapide, dont il mettra sept ans à se remettre, jusqu’à « Eteins la Lumière » en 1990 . Traversant littéralement le désert aux côtés des Touaregs, Axel Bauer connaît une réhabilitation tardive aux côtés de Jean-Louis Aubert ou, surtout, de Zazie. La machine dans sa tête, machine sourde et secrète, n’était pas complètement grippée.

A l’instar d’un célèbre gaulois de bande dessinée, Axel Bauer est tombé dedans lorsqu’il était petit. Né en 1961 dans une famille de jazzmen, le jeune Axel est très tôt nimbé de la profonde culture musicale de ses parents. Habitué du circuit des boîtes de nuit parisiennes dès son adolescence, Bauer développe très vite un talent pour la musique Rock et évolue dans ce milieu, encore alternatifs pour quelques années. Bon guitariste, il ne compte cependant pas faire carrière dans la musique et, en dépit de sa participation à un petit groupe lycéen – The Nightsbirds – c’est vers les arts graphiques qu’il se tourne, s’inscrivant dans une école d’art une fois sa peau d’âne en poche.

Toutefois, l’atavisme familial est le plus fort et, après quelques années passées dans son institut d’arts graphiques, Axel Bauer décide de tenter sa chance dans le milieu musical. Se liant d’amitié au début des années 1980 avec Michel Eli, l’un des directeurs artistiques de Vogue Music, il compose quelques titres qu’il soumet à la maison de disques. L’un d’entre eux retient plus particulièrement l’attention des décideurs en 1983 : « Cargo de Nuit ». Le clip du morceau, tourné par Jean-Baptiste Mondino, est une petite merveille technique et artistique pour son époque et contribue à associer une image de loubard viril au jeune artiste. Avec sept cent mille exemplaires vendus, « Cargo de Nuit » est un véritable succès qui fait le bonheur des amateurs de boîtes de nuit de ce début des années 1980. Devenu une star du jour au lendemain, Axel Bauer participe à toutes les promos télévisées nanti d’un look de baroudeur – pas très crédible, il faut bien le dire – imposé par Vogue, ce qui contribue à faire passer le chanteur pour un produit marketing bien étudié davantage que comme un artiste. « Phantasmes », son deuxième titre, se vend plutôt bien, mais constitue un échec commercial relatif par rapport à son premier succès. L’image d’Axel Bauer se dégrade très rapidement, d’autant que ce dernier se permet quelques prestations scéniques frôlant le ridicule, comme, par exemple, lorsqu’il tente désespérément d’imiter Jimi Hendrix en martelant en vain une guitare contre un ampli, cette dernière refusant obstinément de se briser.

L’échec de « Jessy », son troisième tube, annonce clairement le début de la fin pour Axel Bauer, qui ne parvient pas à sortir de l’image de mataf égrillard que sa maison de disques lui a imposé. Peu de temps avant de déposer le bilan, Vogue lui signifie la fin de leur collaboration. Retour à la case départ pour Bauer qui ne parvient pas à retrouver un label susceptible de le signer à nouveau. Exilé à Londres, l’artiste réussit, après avoir déployé des trésors de baratin, à signer chez EMI, l’une des plus prestigieuses maisons de disques londoniennes pour les besoins des Nouveaux Seigneurs, un album censé annoncer la déferlante Techno en France. Peine perdue, l’album est un flop que les très british dirigeants de EMI ne pardonnent pas au petit frenchy. Débarqué comme un malpropre et doté, en outre, d’une réputation d’abominable loser, Bauer se retrouve littéralement sans soutien, restant – du moins le croit-on alors – l’éternel interprète d’un seul titre.

Son retour en grâce a lieu en 1989 du fait d’un simple coup de Téléphone… ou plus exactement du leader de ce groupe phare de la scène Rock française, Jean-Louis Aubert qui, voyant en lui bien plus qu’un chanteur de Variétés, requiert ses services pour les besoins de l’album « Bleu, Blanc, Vert » sur lequel Bauer est invité à poser sa voix. Les quelques duos qu’il entame avec Jean-Louis Aubert permettent au public de se souvenir du chanteur dont la carrière retrouve, du coup, une deuxième jeunesse. Remis sur les rails par Jean-Louis Aubert, Axel Bauer s’attelle à l’écriture d’un véritable album personnel, pour les besoins duquel il appelle tout ce que la place de Paris compte d’auteurs, des Rita Mitsouko à Boris Bergman, en passant, bien évidemment, par Jean-Louis Aubert lui-même, fidèle au poste. Si le succès public de Sentinelles est très moyen, Bauer renoue cependant avec la critique, qui ne déteste pas le nouveau son de l’artiste et crie à la résurrection de celui qu’on pensait n’être que l’un des nombreux épiphénomènes des années 1980.

Un titre en particulier permet à Axel Bauer de redevenir un gros vendeur de disques : « Eteins la Lumière ». Véritable succès public, il permet à l’artiste de repartir en tournée, à la rencontre d’un public qui le boudait depuis 1983. Certes, sur scène, il ne renâcle pas à reprendre « Cargo de Nuit », mais l’Axel Bauer formaté « marlou d’un port louche d’Asie du Sud-Est » est bel et bien enterré et c’est avec une certaine classe qu’il se présente désormais devant ses fans. Le désir d’isolement, cependant, le reprend après une tournée en première partie de Bryan Adams et Bauer, qui a traversé le désert, choisit précisément de se ressourcer auprès d’un peuple du désert… les Touaregs.

Bien que son exil sahraoui ne dure que quelques mois, il faut attendre cinq ans avant que Simple Mortel, son prochain album, ne sorte dans les bacs. Le chanteur, qui est entre-temps devenu père de famille, prend en effet son temps pour enfin se trouver un style à sa mesure. Une tournée intimiste, au cours de laquelle Bauer choisit de petites salles pour être en proximité avec le public (et, serait-on tenté cyniquement d’ajouter: parce qu’il ne remplira jamais le Zénith) et se produit avec une promo réduite au minimum. Après ce Simple Mortel, Axel Bauer passe au statut de demi-dieu avec Achille, en 2000, album sur lequel Miossec et Zazie sont venus lui donner un coup de main. Une Zazie qui, d’ailleurs, croit fortement au potentiel de son vieil ami et lui propose d’enregistrer un duo avec elle, « A Ma Place », en 2002. Triomphe pour ce tube au clip soigné qui reçoit un NRJ Music Award la même année. Ce succès public est le sésame qui permet à Bauer de rejoindre le club privé des Enfoirés et de participer à leur tournée 2003 avant d’entamer une collaboration avec Florent Pagny sur le morceau « Terre ». Revenu en grâce, Bauer fait désormais partie à nouveau du paysage musical français, un paysage dont il avait été mis à l’écart pendant près d’une dizaine d’années. L’exil forcé associé à la sagesse Touareg n’ont cependant pas que des inconvénients, ayant appris les vertus de la patience à Axel Bauer qui compose désormais avec calme et minutie, ne cherchant plus le « coup » immédiat, mais plutôt le ciselage progressif et soigné. Bad Cowboy, son album réussi de 2006 en témoigne. Ses fans ont patienté avec sa compilation, La Désintégrale, dans laquelle « Cargo de Nuit » trône en bonne place. Un bourlingueur ne saurait renier ses anciens voyages.

Source Music Story

1983 : Cargo de nuit

1984 : Phantasmes

1992 : Éteins la lumière

2001 : À ma place (w/ Zazie)