X Japan

Posted on 10/02/2012

0


Pionnier du mouvement visual kei, X-Japan est aussi son plus brillant représentant. Formé en 1982, X-Japan attend 1988 pour sortir son premier album avec Vanishing Vision. Dès Blue Blood en 1989, X-Japan s’installe au firmament du metal japonais à tendance très glam. Aussi féroce sur la forme que sur le fond, X-Japan impose ses albums Jealousy (1991), Art of Life (1993), et Dahlia (1996) comme les plus importantes ventes japonaises de la période. Séparé en 1997 suite aux velléités solo du chanteur Toshi. Malgré le décès du guitariste hide en 1998, X-Japan se reforme en 2007. Ce retour donne lieu à des concerts et à des tournées, mais les enregistrements de X-Japan ressuscité se limitent à quelques singles malgré la vive attente des fans pour un nouvel album.

Yoshiki (batteur, pianiste) et Toshi (chant, guitare) jouent de la musique ensemble depuis qu’ils ont onze ans à Chiba près de Tokyo au Japon. En 1982, ils forment un groupe qui s’appelle X. La formation s’enrichit jusqu’en 1987 avec les arrivées de Pata (guitare), Taiji (basse), et hide (guitare). X-Japan sort Vanishing Vision sur son propre label en 1988, tout en entamant des négociations pour signer avec Sony Music.

Tournant dans tout le Japon, X-Japan fait de nombreux adeptes avec son glam metal et ses tenues inspirées de Kiss et des dandys décadents du glam anglais. Blue Blood en 1989 sort avec les moyens de Sony Music pour accompagner sa promotion. Le succès se matérialise avec une sixième place dans le classement des vente japonaises. Jealousy en 1991 est lui numéro un et X-Japan peut se produire au Tokyo Dome, la plus grande salle de concert de l’archipel.

L’arrivée au sommet au Japon entraîne un début de reconnaissance internationale qui contraint X à devenir X-Japan pour éviter tout équivoque avec les californiens de X. Taiji quitte lui le groupe et est remplacé par Heath. Passé chez Atlantic, X-Japan reste facilement le groupe préféré des japonais avec Art of Life en 1993. X-Japan se tourne alors vers plus de sobriété, dédaignant désormais l’apparence trop excentrique du visual kei. Regroupant principalement des singles, Dahlia en 1996 est une grande réussite artistique pour X-Japan. Et un nouveau numéro un au Japon.

L’histoire bafouille alors avec les envies solo de Toshi qui quitte le groupe et provoque sa dissolution en septembre 1997. La loi des séries étant cruelle, X-Japan déplore en mai 1998 le décès de hide. Comme souvent, les aventures solos des membres de X-Japan sont peu couronnées de succès et le groupe décide de remettre le couvert en 2007. L’activité du groupe se tourne alors principalement vers la scène, imitant en cela la plupart des légendes lors de leurs come backs. En 2010, X-Japan effectue sa première tournée en Amérique du Nord, suivie en 2011 d’une tournée mondiale. Au rayon des enregistrements, les fans doivent se contenter d’une poignée de singles, « I.V. » en 2008,  « Scarlet  Love Song » et « Jade » en 2011. Un nouvel album de X-Japan est pourtant toujours promis par le groupe.

Source Music Story

1989 : Kurenai

1989 : Endless Rain

1990 : Week End

1991 : Silent Jealousy

1993 : Tears

1994 : Rusty Nail

1996 : Forever Love

1996 : Crucify My Love

2008 : I.V.

2011 : Jade

Tagué: ,
Posted in: Focus J-Music