Phil Collins

Posted on 24/02/2012

2


L’acteur, chanteur, batteur, claviériste, auteur et compositeur britannique Phil Collins est l’un des rares exemples de la musique populaire du XXème siècle à avoir négocié avec talent, et dans l’affection du public, trois carrières distinctes : batteur de formation, et plutôt de goût expérimental, il devient la cheville ouvrière de Genesis, groupe phare du rock progressiste anglais. Au départ du chanteur Peter Gabriel, il s’empare en 1975 du micro, et contribue à l’évolution du groupe vers une musique commerciale, couronnée de succès. A partir de 1981, Phil Collins entame une carrière parallèle en solo, jalonnée de nombreux hits (il enchaîne treize tubes de 1984 à 1990). En 2010, immobilisé par un déplacement de vertèbres, il doit renoncer à la batterie. C’est en interprète uniquement qu’il rend hommage à la Tamla Motwon dans l’album Going Back. Que ce soit en nom propre, ou au sein de Genesis, Phil Collins est crédité de la vente de deux cents millions de disques.

Philip David Charles Phil Collins naît le 30 janvier 1951, à Chiswick, près de Londres. L’histoire ne retient pas le nom du parent qui lui offre (il n’est alors âgé que de cinq ans) une batterie-jouet, mais la sanction du miroir lui est définitive : Phil Collins sera batteur, ou rien.

Enfant, il se spécialise pourtant tout d’abord dans les rôles d’acteur au cinéma (on peut l’entrapercevoir dans le film A Hard Day’s Night des Beatles) ou au théâtre (Oliver).Mais, surtout, c’est harmonieusement qu’il passe du statut de petit garçon frappeur de tambours à celui de batteur professionnel, au sein des groupes The Real Thing, Hickory et Flaming Youth tout d’abord, puis à partir de 1970, de la réunion d’étudiants en art Genesis, mené par le chanteur Peter Gabriel.

Considéré comme le meilleur instrumentiste du groupe, Collins en est en outre le moteur, le catalyseur d’humour, et le plus petit dénominateur commun. Phil Collins met un point d’honneur à mener, en parallèle avec son groupe principal, l’aventure d’une musique de fusion jazz et rock, au sein du groupe Brand X, avec lequel il enregistre plusieurs albums. En 1974, Gabriel quitte Genesis. Après avoir auditionné des convois entiers de remplaçants potentiels, le choix se porte sur Phil Collins, qui se partage alors entre batterie et chant.

Genesis évolue par la suite au fil des albums (A Trick By The Tail et Wind And Wuthering en 1976, Then There Were Three… certifié disque d’or en 1978, Duke, et sa belle pochette dessinée par Lionel Koechlin, au sort encore plus envieux en 1980, Abacab l’année suivante) vers une musique beaucoup plus accessible. En 1980, alors qu’il participe au troisième album solo de Peter Gabriel, on conseille à Collins de laisser ses cymbales à la maison : le résultat, dévastateur, insufflera ses premières productions en nom propre.

En 1981 paraît son premier album solo, encore au parfum de l’ère psychédélique, même si enregistré en compagnie de quelques membres du groupe noir américain de soul et rhythm and blues Earth, Wind And Fire : Face Value, entraîné par le single « In The Air Tonight » (numéro 2 des charts britanniques, et intégrant le Top 20 aux États-Unis) est un triomphe, pour un trentenaire chauve, et au charisme particulièrement limité, qui a su en quelques années, travailler une voix, d’abord en copie carbone de Peter Gabriel, aujourd’hui expressive, et particulièrement personnelle.

A partir de cette période, Phil Collins mène simultanément une carrière de musicien de Genesis, et de chanteur solo. Au mois de novembre 1982 sort Hello, I Must Be Going ! (de nouveau numéro 2 en Grande-Bretagne), agrémenté d’une reprise du « You Can’t Hurry Love » de Diana Ross And The Supremes. La chanson est considérée comme une trahison pure et simple par les fans de la première heure de Genesis. Laconique, Collins répond : vous ne portez pas les mêmes vêtements qu’il y a dix ans, n’est ce pas ?

En 1984, Phil Collins obtient un Grammy Award pour la chanson « Against All Odds », extraite de la bande originale du film éponyme. Au mois de novembre 1985, Phil Collins est honoré d’un nouveau Grammy Award avec l’album No Jacket Required. Le chanteur et batteur se consacre par la suite à quelques opérations caritatives (Live Aid, Band Aid), puis enregistre des duos à succès (« Easy Lover », en compagnie de Phil Bailey, est un hit, de même que « Separate Lives », fredonné aux côtés de Marylin Martin).

Collins se tourne de nouveau vers le cinéma en 1988, en incarnant le rôle-titre dans Buster de David Green, mais trouve néanmoins le temps d’enregistrer un nouveau tube américain (« Two Hearts »).L’album …But Seriously sort en 1989, et triomphe partout sur la planète : le single «Another Day In Paradise» en est un nouveau tube. La même année, et parmi de nombreuses autres sessions, Collins tient la batterie sur l’album Journeyman d’Eric Clapton. Au mois de novembre 1990, l’album en public Serious Hits…Live démontre tout le plaisir que peut avoir Collins à interpréter de jolies chansons avec des amis…tous plaisirs simples interdits au sein de Genesis.

L’album Both Sides (1993), bien qu’artistiquement très travaillé (Collins y assume la plupart des pupitres), constitue une déception commerciale, à savoir que, bien que numéro un en Grande-Bretagne, il n’atteint que la treizième position des charts américains.

En 1995, Phil Collins annonce son départ définitif de Genesis : le groupe vient pourtant (avec We Can’t Dance, quatre années auparavant) d’enregistrer son plus important triomphe commercial (quinze millions d’exemplaires vendus dans le monde).

L’album Dance Into The Light, paru en 1996, dans lequel le Britannique assume entre autres sa passion pour le gospel, est une nouvelle déception. La publication d’une compilation (Hits-1998) précède de quelques mois le premier enregistrement de Collins accompagné d’un grand orchestre (Hot Night In Paris-1999), dont les déclinaisons jazzy ne recueillent qu’un succès poli.

Toujours en 1999, sa participation à la musique du film Tarzan (initié par les Studios Disney) vaut à Collins un Oscar pour la chanson « You’ll Be In My Heart », ainsi qu’un nouveau Grammy Award. Le très doux et très sensible album Testify paraît en 2002.Phil Collins a participé en 2003 à la musique d’un nouveau dessin animé, Brother Bear. Marié à trois reprises, il est père de cinq enfants, et réside en Suisse.

Au début de 2008, des rumeurs circulent selon lesquelles Phil Collins, qui perd progressivement ses capacités auditives, aurait officiellement sonné l’heure de sa retraite, posant micro et baguettes. Plus grave encore, le déplacement de vertèbres qui l’immobilise le contraint à se limiter au rôle d’interprète sur son nouvel album Going Back, paru en septembre 2010. Le disque qui revisite les grands succès du label soul Tamla Motown bénéficie de l’apport du groupe-maison historique, The Funk Brothers.

Source Music Story

1981 : In The Air Tonight

1982 : You Can’t Hurry Love

1984 : Against All Odds (Take a Look at Me Now)

1985 : Easy Lover (w/ Philip Bailey)

1985 : One More Night

1985 : Sussudio

1985 : Separate Lives (w/ Marilyn Martin)

1988 : A Groovy Kind of Love

1988 : Two Hearts

1989 : Another Day in Paradise