Caroline Loeb

Posted on 21/03/2012

0


Chanson, théâtre, littérature, mise en scène, cinéma, radio et plus si affinités… Caroline Loeb est insaisissable et protéiforme. Cette longue carrière plutôt orienté vers l’art et essai et la culture savante a culminé avec un vrai tube populaire, l’inoubliable « C’est la ouate » qui a marqué les années Mitterrand.

Caroline Loeb était prédestinée à faire l’artiste : née le 5 octobre 1955 à Neuilly-sur-Seine, cette fille et petite fille de célèbres galeristes parisiens, amis de Picasso, Miro, et tout le gratin de la peinture contemporaine, passe une partie de son enfance à New York et commence très vite à pratiquer le théâtre, et à fréquenter la jet set. Elle joue avec Farid Chopel au théâtre, et tient des petits rôles dans divers films d’Adolfo Arrieta, Virginie Thévenet, Jacques Demy, Jean Eustache, James Ivory, etc, à partir de 1973. A côté de cette activité, elle est styliste et travaille souvent avec Jean-Baptiste Mondino, ce qui l’introduit dans les milieux de la mode et de la musique, puisque Mondino, en ce début des années 80, réalise de nombreuses pochettes de disques, pour Bijou, Les Rita Mitsouko et toute la nouvelle scène hexagonale. C’est bien sûr Mondino qui signe la pochette d’un premier album, réalisé à New York, Piranana en 1983, dont elle écrit les paroles.

Mais c’est en 1986 que la France entière tombe sous le charme de « C’est la ouate » (octobre 1986), une ritournelle écrite par Philippe Chany, qui plus tard signera les musiques des films des Nuls de Canal+ (Dominique Farrugia est d’ailleurs dans les chœurs de ce 45 tours). « C’est la ouate » est un fétiche du fameux Top 50 de cette année-là, et se fait adouber par rien moins que le président de la République, qui le cite lors d’une interview télévisée, quand Yves Mourousi lui demande de citer une chanson du moment.

Arrivé par hasard dans sa carrière de touche-à-tout, ce tube majuscule est sorti comme on faisait des 45 tours à l’époque, sans arrière-pensée. Il faudra donc attendre l’année suivante pour voir naître un deuxième album, Loeb CD, dont la locomotive ne suffit pas à en faire une vente honorable, le public ayant déjà acheté en masse le single.

Caroline Loeb revient ensuite à ses activités cariées, elle co-anime une émission sur TF1, puis se découvre une passion pour la mise en scène, spécialement de spectacles musicaux (Lio, Alain Chamfort, Viktor Laszlo, le groupe de rock Weepers Circus…). On la voit au théâtre (Les Monologues du vagin), dans une émission de Jean-Luc Delarue où elle raconte qu’après son méga tube, elle a dû un temps s’inscrire au RMI, puis elle sort un roman, Has Been, en 2006, joue dans quelques films, et promène actuellement un nouveau spectacle musical, Mistinguett, Madonna et moi. Entre temps, elle a publié, uniquement sur internet, un troisième album, Crime Parfait, réalisé avec Chet, Elisa Point ou Bertrand Belin, et réalisé un court-métrage.

Source Music Story

1983 : Malibu

1986 : C’est la ouate

1987 : A quoi tu penses ?