Liane Foly

Posted on 28/04/2012

0


Chanteuse populaire de variété aux influences et styles très jazz, Liane Foly a été l’une des grandes révélations de la fin des années 1980. Star de la décennie suivante, notamment avec le succès de l’album Rêve Orange (1990) et le tube « Au fur et à mesure », elle a vu ensuite son succès connaître des fortunes diverses, avant de relancer sa carrière d’une manière inattendue. De la chanson à l’humour, avec grâce et légèreté.

Née le 16 décembre 1962, à Lyon, dans une famille de pieds-noirs fraîchement rapatriés, Eliane Falliex (dite Liane Foly) est initiée à la musique par des parents mélomanes, et musiciens à leurs heures : commerçants de leur état, les Falliex sont également responsables du Black and White, un petit orchestre se produisant dans les fêtes de la région.

Son frère et sa sœur participant à cet orchestre familial, respectivement à la batterie et au piano, Eliane intègre tout naturellement la troupe, en tant que chanteuse, à l’âge de douze ans. Très douée pour retenir les paroles des chansons, la jeune fille s’affirme rapidement comme une chanteuse accomplie, capable d’interpréter des dizaines de titres chaque soir. Durant toute son adolescence, Eliane court les clubs et les bals, et acquiert une réputation à l’échelon local : cette intense activité ne va pas sans dégâts collatéraux, et la chanteuse doit, à dix-huit ans, faire opérer ses cordes vocales surmenées.

Mais le coup d’arrêt que subit sa jeune carrière n’est que temporaire, et Eliane reprend bientôt ses activités, alternant ses prestations dans les salles de spectacle avec des activités d’animatrice de radio. En 1983, sur la foi d’une petite annonce, elle fait la rencontre du parolier Philippe Viennet et du musicien et arrangeur André Manoukian. Ce dernier devient son compagnon et, convaincu de l’immense potentiel de la jeune femme, entreprend de préparer son lancement. André Manoukian rebaptise Eliane du nom de Liane Foly et entreprend, avec Philippe Viennet, de lui préparer une maquette sur mesure.

Après une longue période de démarchages infructueux – durant laquelle le couple Foly/Manoukian s’occupe notamment de produire des jingles publicitaires – les Lyonnais parviennent enfin à obtenir à Paris le contact qui leur manque pour faire éclore la staritude de Liane : Virgin France accepte de prendre sous contrat la jeune chanteuse, qui sort en 1988 son premier album, The Man I Love. Le succès commercial est au rendez-vous, le public accrochant bien au charme discret de Liane Foly, et à sa voix très swing. Première partie de Claude Nougaro à l’Olympia en 1989, puis de Paolo Conte la même année, Liane Foly s’affirme comme l’un des meilleurs espoirs de la chanson française.

Apportant à la variété française sa solide technique jazzy, la Lyonnaise confirme avec son second album, Rêve Orange, qui lui vaut le prix Raoul Breton décerné par la Sacem, puis en 1991 la Victoire de la Musique de la révélation féminine. Le tube « Au fur et à mesure » impose sa voix chaude et sensuelle auprès du grand public.

Partie sur les chapeaux de roue, Liane Foly interprète en 1992, en duo avec Charles Aznavour, la chanson de la version française du dessin animé Walt Disney La Belle et la bête (chanson que l’on entend à peine dans le film lui-même, mais qui permet de faire un certain battage autour de la participation des deux artistes). 1992 est hélas l’année de la séparation de Liane Foly et André Manoukian : ils demeurent néanmoins amis, suffisamment en tout cas pour travailler ensemble sur certains projets.

L’année suivante sort l’album Les Petites Notes dont est tirée une version anglophone intitulée Sweet Misery. La tentative de percée du marché outre Atlantique se solde par un échec. La chanteuse est alors engagée dans son premier rôle au cinéma pour le film Sweet Mystery de Pierre-Henry Salfaty, avant d’entamer une grande tournée en 1994.

En 1995 sort l’album La Lumière qui inclut une reprise d’Etienne Daho « Heures hindoues » et celle du standard « Misty » d’Errol Garner.

Mais, à partir de l’album Caméléon, en 1997, Liane Foly, sans Manoukian ni Viennet, participe de manière plus étroite à l’élaboration des chansons, la nouvelle direction de sa carrière coïncidant avec un changement d’apparence de la chanteuse, qui se fait refaire le nez. L’accueil de Caméléon – également disponible dans des versions anglaise et hispanique – est cependant mitigé. Après une parenthèse avec l’album de reprises Acoustique (1999), Liane Foly doit attendre 2000 pour rebondir véritablement, avec l’album Entre Nous, écrit en majorité par ses soins. Il comprend des collaborations de Gérard Presgurvic, Maxime le Forestier et Patrick Fiori, ainsi qu’un étonnant duo avec Robert Hossein sur le génériques du film Les Choses de la vie de Claude Sautet (« La Chanson d’Hélène »).

Egalement présente sur le terrain du caritatif, avec sa participation aux tournées de la troupe Les Enfoirés et de Sol En Si, Liane demeure l’une des chanteuses favorites des médias, se montrant sur les plateaux de télévision une invitée souvent enjouée et pleine d’humour, avec un réel don pour l’imitation des voix.

En 2004, elle doit cependant affronter un nouveau demi-échec, avec l’album La Chanteuse de Bal ; ne souhaitant pas rester sur un insuccès, elle sort l’année suivante un double album live, Une étoile Dort, enregistré au Casino de Paris. C’est cependant sur un autre terrain que la chanson que Liane Foly retrouve le succès : après quelques expériences comme comédienne à la télévision et au cinéma, elle crée en 2007 un one-woman-show, intitulé La Folle Parenthèse, où elle met à profit son talent pour l’imitation, livrant des numéros comiques et des pastiches musicaux, où elle assume plus de trente voix différentes.

Revenue dans les bacs à disques en 2008 avec un nouvel album, Le Goût du Désir, Liane Foly n’en est pas moins demandée sur les plateaux de télé autant, sinon plus, pour ses dons d’imitatrice que pour son métier de chanteuse, au point que sa tournée nationale est consacrée… à des représentations de son one-woman-show et pas à son album. En assumant une double casquette inattendue, Liane Foly a su rebondir de manière surprenante, reconquérant le cœur du public et occupant un nouveau créneau. Joli tour de force, qui ne doit cependant pas faire oublier le talent d’une chanteuse qui n’a pas chanté sa dernière note.

Source Music Story

1988 : Ca va, ca vient (ici)

1990 : Au fur et à mesure

1991 : Goodbye Lover

1992 : La Belle et la Bête

1993 : Doucement

1994 : Heures hindoues

1998 : La vie ne m’apprend rien