Paul Young

Posted on 12/06/2012

2


Révélé en 1983 avec la reprise de Marvin Gaye « Wherever I Lay My Hat (That’s my Home) » extrait de son premier album No Parlez, Paul Young est resté l’un des meilleurs représentants de la blue-eyed soul anglaise au cours de deux décennies, il est par exemple l’interprète des tubes « Everytime You Go Away » (1985) et « Now I Know What Made Otis Blue » (1993). Ses cordes vocales fragilisées l’ont éloigné de l’avant scène médiatique à la fin des années 1990, mais il s’est cependant consacré à des projets parallèles pour le moins surprenants comme un groupe de country.

Paul Anthony Young est né le 17 janvier 1956 à Luton en Angleterre. Enfant, il apprend le piano et la guitare et joue dans différents groupes, en tant que bassiste, guitariste et puis finalement chanteur. Un rôle que ce passionné de soul music prend au sérieux et qui le fait connaître dès la fin des années 1970 au sein du groupe Streetband. Celui-ci se classe dans le top 20 en 1978 avec le titre « Toast », à l’humour… so british. L’année suivante, Young forme les Q-tips, groupe de pop, mêlant blue eyed-soul et rythmiques rock. Les Q-tips se font connaître sur scène, avec un répertoire constitué majoritairement de reprises dee classic soul des années 1960. Ils permettent finalement à son chanteur d’être repéré, puisqu’il lance sa carrière solo en signant chez CBS en 1982.

Le succès se fait attendre jusqu’en 1983, année au cours de laquelle sort « Wherever I Lay My Hat ». Cette ballade, reprise de Marvin Gaye, est le succès de l’été et place son album No Parlez en tête du classement pop anglais. Un album pop-soul salué, à la fois par les critiques et par le public, puisque No Parlez sera certifié disque de platine dans de nombreux pays. Il contient d’autres tubes comme « Come Back and Stay », « Love of the Common People » qui permettent au chanteur romantique anglais de mesurer son succès outre-Atlantique où il enchaine les concerts pendant un an.

Après de longs mois de repos, il réapparait pour participer au disque caritatif Band Aid en 1985 (le single « Do They Know It’s Chrismas ») et pour son second album The Secret of Association. Il contient son plus gros hit, « Everytime You Go Away » (qui, bien que Paul Young en soit l’interprète à jamais associé, est une nouvelle reprise de Daryl Hall & John Oates). Mais Young souffre malheureusement de problèmes chroniques aux cordes vocales, et alors que les ventes de son album Between Two Fires (1986), voient chuter sa popularité, il se fait plus discret.

Le chanteur renoue avec le succès mondial en 1991, grâce au duo avec Zucchero « Senza Una Donna (Without a Woman) » qui se classe en tête des classements européens. L’année suivante, il interprète « Radio Ga-Ga » avec les survivants du groupe Queen, lors du concert hommage à Freddy Mercury. En 1993, The Crossing, le dernier album qui le lie à la major CBS/Columbia contient le tube « Now I Know What Made Otis Blue ».

Alors que paraissent une dizaine de compilations et best-of, Paul Young prend soin de sa voix et se trouve de nouvelles racines dans le rock country. Seul d’abord (l’album Paul Young en 1997, annonce clairement ce virage) puis au sein du groupe country-Tex-Mex Los Pacaminos dans les années 2000. En 2009, Paul Young annonce la préparation d’un nouvel album solo.

Source Music Story

1982 : Love of the Common People

1983 : Wherever I Lay My Hat (That’s My Home)

1983 : Come Back and Stay

1984 : Love Will Tear Us Apart

1985 : Everytime You Go Away

1990 : Oh Girl

1991 : Calling You

1991 : Senza una donna (Without a Woman) (w/ Zucchero)