Hall & Oates

Posted on 06/07/2012

0


Depuis 1967, le duo formé par Daryl Hall et John Oates est synonyme de soul blanche teintée de rock. Le succès vient progressivement au milieu des années 1970 avec les hits « She’s Gone » et « Rich Girl », puis déferle dans la décennie suivante avec les numéros un « Kiss on My List », « Private Eyes », « I Can’t Go for That (No Can Do) » et « Maneater ». Tous sont inclus dans la compilation Rock’n’Soul Part 1 (1983). Passé cette période faste, Hall & Oates peine à retrouver le haut des charts malgré la régularité de parutions studio (Do It for Love en 2003) et live (Live at the Troubadour en 2008). Un coffret rétrospectif sort en 2009, Do What You Want, Be What You Are.

Daryl Hall, choriste de Smokey Robinson and the Miracles, rencontre le guitariste John Oates à Philadelphie en 1967. Chanteurs de groupes rivaux, ils unissent leurs voix pour former un duo imprégné de soul et de rock. Trois albums à la tonalité plus rock se succèdent : Whole Oats (produit par Arif Mardin), Abandoned Luncheonette et War Babies (produit par Todd Rundgren) entre 1972 et 1974.

Passé d’Atlantic à RCA, Hall & Oates revient à un style plus soul et s’attache les services de Sara Allen, la petite amie de Daryl Hall qui écrira la plupart de leurs hits. En 1976, « Sara Smile » et la réédition de « She’s Gone » leur offrent deux n°4 consécutifs, dépassés par le succès de « Rich Girl », n°1 extrait de Bigger Than Both of Us. Trois albums suivent, dont Beauty on a Black Street en 1977. De son côté, Daryl Hall amorce une carrière solo avec Sacred Songs (1980). La décennie suivante apporte la notoriété internationale à Hall & Oates qui collectionne les succès à travers la reprise de « You’ve Lost That Lovin’ Feeling » (n°12) et l’original « Everytime You Go Away » (repris par Paul Young en 1985). L’album Voices est suivi de Private Eyes (1981), qui offre les n°1 « Private Eyes » et « I Can’t Go for That (No Can Do) ». Plus synthétique, H2O contient leur plus grand hit, « Maneater » fin 1982. La compilation Rock’N’Soul Part 1 vient à point l’année suivante, avec l’inédit « Say It Isn’t So » (n°2). Hall & Oates est alors le duo le plus populaire de la planète.

En 1984, Hall & Oates entament une période plus électronique et commerciale, marquée par Big Bam Boom (« Out of Touch » est n°1 et « Method of Modern Love » n°5). Le Live at the Apollo with David Ruffin & Eddie Kendrick (ex The Temptations) de 1985 offre une parenthès avant la période Arista (1988-1990). Leur collaboratrice Sara Allen meurt d’une leucémie en 1993. Le duo poursuit avec une attention moindre pour Marigold Sky (1997) et le très bon Do It for Love (2003). En 2004, Our Kind of Soul est un album de reprises, et Home for Christmas, deux ans après, un disque de Noël. Depuis se succèdent compilations et albums live (Live at the Troubadour en 2008). En octobre 2009 sort un coffret rétrospectif de 4 CD et 74 titres, Do What You Want, Be What You Are. Et Daryl Hall continue de publier des albums solo.

Source Music Story

1974 : She’s Gone

1976 : Sara Smile

1977 : Rich Girl

1979 : Wait for Me

1980 : You’ve Lost That Lovin’ Feelin’

1981 : Kiss on My List

1981 : You Make My Dreams

1981 : Private Eyes

1981 : I Can’t Go for That (No Can Do)

1982 : Maneater

1983 : One on One

1983 : Family Man

1983 : Say It Isn’t So

1984 : Out of Touch

1985 : Method of Modern Love

1988 : Everything Your Heart Desires

1990 : So Close

Publicités