Green Day

Posted on 16/08/2012

2


Green Day est un groupe de punk rock californien qui, sous forte influence des Ramones et des Buzzcocks, a connu un succès énorme tout d’abord en 1994, avec l’album Dookie, puis en 2004 avec American Idiot, tous deux récompensés par un Grammy Award. Le groupe s’oriente désormais vers une pop punk plus mélodique, à l’image des ballades apparues sur l’album American Idiot.

Billie Joe Amstrong et Mike Dirnt (de son vrai nom Mike Pritchard) sont des amis d’enfance qui se sont rencontrés sur les bancs de l’école. A l’âge de 14 ans ils forment leur premier groupe Sweet Children qui se produit sur les scènes de Rodéo, leur ville d’origine. En 1989, ils intègrent au groupe le batteur Al Sobrante, se rebaptisent Green Day et commencent à écumer la scène punk américaine.

Leur reconnaissance va grandissante. Ce qu’ils concrétisent avec une signature sur le label indépendant Lookouts! Records. En 1990 Ils publient un premier E.P., 1000 Hours, très influencé par la vague hardcore californienne. Vont suivre rapidement 39-Mouth puis un nouvel E.P. intitulé Slappy. Al Sobrante choisit alors de quitter le groupe. Il est remplacé par Tré Cool qui intègre le groupe comme batteur en 1991. Celui-ci officiait précédemment au sein de The Lookouts, groupe punk originaire de Laytonville en Californie ayant deux albums à son actif.

Green Day enregistre l’album Kerplunk sous cette nouvelle formation. Cet album rencontre un succès d’estime auprès de l’underground musical américain et du label Reprise qui leur offre un contrat.

La signature sur ce label va permettre aux nouvelles productions du groupe de bénéficier d’une couverture médiatique plus importante. En trois semaines ils enregistrent l’album Dookie. Le disque est rempli de chansons simples et percutantes, plus proches des singles des Buzzcocks et du punk anglais en général, que des productions punk américaines.

Il apporte à la musique américaine une fraîcheur et une spontanéité qui lui fait alors défaut. Sorti en février 1994 cet album va bénéficier d’un fort soutien de la Chaîne MTV, qui diffuse successivement tous les clips des singles extraits de l’album. Trois titres extraits de Dookie « Longview », « Basket Case » et « When I Come Around » atteignent la première place des charts. Green Day bénéficie aussi de l’engouement général pour le punk rock.

Aux côtés de The Offspring ils sont les fers de lance de ce renouveau du punk américain. Ils enchaînent alors les concerts, on les retrouve notamment sur les méga festivals de Woodstock et Lollapalooza. L’énergie du punk triomphe, comme aux plus beaux jours de The Clash et des Buzzcocks, les ventes en plus.

Le disque obtient un succès extraordinaire pour un album de punk rock et reste, à ce jour, l’album punk le plus vendu de l’histoire avec treize millions de copies. Dookie obtient un Grammy Award, le magazine Time le désigne comme album de l’année, il se retrouve même classé par le magazine Rolling Stone dans la liste des 500 meilleurs albums de l’histoire.

Dans la foulée sort Insomniac qui reprend les mêmes ingrédients que l’album précédent. Le groupe est alors encore au sommet, même si cette nouvelle production rencontre un succès moindre, l’effet de surprise est passé … Les excès finissent par user le groupe et les tensions naissent entre ses membres, Green Day finit par annuler sa tournée européenne.

En 1997 sort Nimrod. Green Day y tente un renouvellement introduisant des cuivres et intégrant des ballades dans cette nouvelle production. Le groupe expérimente de nouveaux sons et d’autres influences. Mais le succès phénoménal de Dookie est déjà loin, même si on retrouve sur ce disque l’un des morceaux les plus célèbres du groupe avec « Good Riddance (Time Of Your Life) », popularisée pour avoir illustrée le dernier épisode de la série Seinfeld.

En 2000, avec l’album Warning le trio de Berkeley enregistre son album le plus mature. La vague néo-punk californienne est retombée. Le groupe va désormais puiser ses influences du côté du rock’n roll américain le plus pur, il se nourrit des Real Kids, se régale de Bob Dylan, ou lorgne du côté des excellents Plimsouls. Mais l’album est un fiasco commercial. Les ventes ne suivent pas et beaucoup doutent alors de la capacité du groupe à rebondir.

Le groupe ne va plus réaliser de nouvel album avant 2004. Le label Reprise fait patienter les fans en publiant successivement une compilation des plus grands succès du groupe, puis un disque de faces B. Mais Green Day conserve un noyau dur de fans et tourne toujours. On les retrouve notamment avec Blink-182 sur le Pop Disaster Tour.

Cette période de mise en retrait de Green Day leur permet de démarrer incognito un projet parallèle sous le nom de The Network. Ils apparaissent masqués sur scène, la voix de Billie Jo est retravaillée, mais leur identité ne fait aucun doute.

Ils vont jusqu’à faire la première partie de Green Day avec ce groupe parallèle. Sous cette dénomination sort en 2003 un album aux sonorités électroniques intitulé Money Money 2020.

Après plusieurs enregistrements inachevés, le groupe parvient enfin à finaliser son nouvel opus. En 2004 Green Day fait paraître American Idiot. Ce concept album, au travers du parcours de Jesus Of Suburbia, décrit les travers de la société américaine et de son gouvernement.

Il s’agit de s’attaquer ouvertement à George W. Bush et dénoncer sa politique.  La musique du groupe, si elle n’a rien perdu de ses racines, est devenue plus mature, alternant balades pop-rock et chansons plus violentes. Le trio de Berkeley n’hésite pas à composer des morceaux de plus de 9 minutes et à éclater ses chansons pour éviter l’académisme.

Cet opéra rock va permettre au groupe de renouer à nouveau avec le succès. S’il a perdu une partie de ses aficionados punk, l’album lui permet de conquérir un nouveau public. Les singles « American Idiot », « Boulevard of Broken Dreams » et « Holiday » atteindront la première place des charts.

En 2005 il remporte 7 MTV Music Awards ainsi qu’un Grammy Awards dans la catégorie « meilleur album rock de l’année ». Au total 10 millions de copies de l’album vont se vendre à travers le monde. Depuis lors le groupe s’est investi dans la défense de l’environnement aux côtés de la National Resources Defense Council via un site Internet http://www.greendaynrdc.com qui pousse à l’engagement individuel pour la sauvegarde de la planète.

Le groupe a également collaboré avec U2 pour soutenir les sinistrés de l’ouragan Katrina (en reprenant le titre « The Saints are Coming » du groupe écossais The Skids) et s’est engagé contre la guerre au Darfour en proposant la reprise de « Working Class Hero » de Lennon pour l’album Make Some Noise to Save Darfour.

Depuis la parution d’American Idiot les fans attendent avec impatience la sortie d’un nouvel album. Ils peuvent toutefois patienter avec un nouveau projet parallèle. Dans un mail adressé à MTV début avril 2008 les membres de Green Day ont avoué être derrière les Foxboro Hot Tubs, une formation Garage rock qui se produit en Californie depuis fin 2007 et qui a tout d’abord publié plusieurs morceaux sur Internet, puis fait paraître à l’automne 2008 un album de pop acoustique flamboyante intitulé Stop Drop and Roll.

En 2008 le groupe travaille avec Butch Vig, le producteur du mythique Nevermind de Nirvana pour un nouvel album sous influences conjointes de The Beatles, de The Clash, et de John Lennon. Plusieurs fois repoussée la date de sa sortie est désormais programmée pour le printemps 2009.

En 1994, lors de la sortie de Dookie le New York Time faisait remarquer que « jamais l’apathie n’avait paru si passionnée » qu’avec Green Day. Depuis lors le groupe a su évoluer mais aussi se ressourcer dans des projets parallèles pour évacuer la pression du public et du succès.

Green Day a vendu 70 millions d’exemplaires à travers le monde et a constitué un réseau de fans fidèles qui attendent avec impatience chacune de leur prestation. Ils prouvent que le punk rock peut vieillir avec brio et élégance.

Source Music Story

1994 : Longview

1994 : Welcome to Paradise

1994 : Basket Case

1995 : When I Come Around

1995 : She

1995 : Geek Stink Breath

1996 : Brain Stew/Jaded

1997 : Hitchin’ a Ride

1997 : Good Riddance (Time of Your Life)

2000 : Minority

2000 : Warning

Posted in: Années Nonante